Catégories

Par Camille Delache

Mercredi 2 septembre, j’écoute l’interview d’Emmanuel Carrère sur France Inter : les interviewers de la matinale l’interrogent sur le témoignage qu’il a donné dans son livre Yoga, est-ce qu’il ne serait pas « un mauvais yogi » finalement ? 


Au contraire, pour moi le témoignage d’Emmanuel Carrère montre ce qu’est le yoga : un chemin, un parcours de vie, une réflexion sur la condition humaine, des hauts et des bas. Tout ça en même temps. Il se met complètement à nu, il le dit lui-même, la vérité conduit son écriture. Il traite d’inspiration et d’expiration, d’érotisme, de mort, de questions métaphysiques, de tai chi, de réfugiés, de retraite Vippassana et d’hôpital psychiatrique. 

 

Je crois que ce qu’il nous dit surtout c’est que le yoga ce ne sont pas que des postures, encore moins des photos Instagram. Ce n’est pas l’art d’être zen partout, tout le temps, en toutes circonstances. Il le définit de multiples façons dans ces 400 et quelques pages. Une définition résume ce livre : « le chemin, c’est le but ». Le yoga permet de prendre conscience de ce chemin, d’en savourer les hauts et de survivre aux bas. C’est vraiment une définition dans laquelle je me retrouve et je retrouve l’esprit de YAMA. 

 

Pour conclure, je vous souhaite de trouver le temps de lire ce livre : parce qu’il est bien écrit, parce qu’il est surprenant et surtout parce qu’il montre que le yoga est avant tout une histoire d’humanité.

 

N’hésitez pas à nous partager vos ressentis !

 

Yoga d’Emmanuel Carrère, éditions P.O.L, 2020